rêves septembre

le corps est maintenu par un souffle intérieur continu

un avion décapotable européen

je ne monte pas 

une boîte de nuit 

des gens mangent d’autres dansent 

c’est affreux 

je suis encore une petite particule matérielle 

le père de famille essaie de me tuer 

je glisse le long du pare-brise d’un grand camion

je veux comprendre l’allemand

sangoku 

sangohan

cette entreprise rachète tous les appartements de Paris 

manger des viennoiseries en faisant les courses est une manière de ne pas les payer 

des hommes en costumes et cravates 

ma partenaire de jeu aux cartes triche en dessinant de petits symboles sur ses cartes

le but de ce jeu est de souffler sur les adversaires 

top 10 des livres les plus ridicules de la rentrée littéraire 

mon livre est classé numéro 1

ça ne me dérange pas 

cheminer 

personne ne me répond 

tout le monde m’a oublié 

je loue un très grand appartement 

c’est un ancien atelier j’y suis seule 

voiture circuit 

des cellules pour tester la neige 

des enfants et des ânes enlevés, rendus esclaves

on les utilise en Espagne

les écrivains espagnols le savent très bien 

ils ont tout vu mais ils se taisent

je décide de sauver les 80 enfants et les ânes

je vais les rendre à leurs familles 

je les mets dans un bateau 

mais dans leurs familles ils sont encore plus malheureux

tout est pire 

je me suis trompée 

c’était une fable pour apprendre la cruauté de la vie 

construire des ponts dans l’eau avec les corps des enfants 

deux femmes sans dents et belles me donnent des conseils : 

essaie d’être d’humeur égale 

mets moins de fond de teint

il me montre une vidéo d’une de ses amies 

il me dit c’est très très beau 

je regarde c’est nul 

je ne dis rien 

il me dit que c’est une amie étudiante en art  

ensuite il me parle d’art avec des mots qui sont un discours 

c’est très pénible très ennuyeux 

des glaçons sortent de la cuisse de mon père

je cache les yeux de la mère pour qu’elle ne soit pas choquée 

elle me dit j’ai l’habitude 

un parc plein de chiens je fais tout pour sauver Patato 

je la tiens dans mes bras elle me griffe mais tant pis 

l’offrande intérieure est grasse 

psychothérapie en duo avec un inconnu 

je suis avec un grand homme brun violent qui me coupe la parole et qui veut me voler mes affaires 

la psychologue fait de grands gribouillages sur une feuille pendant qu’on parle 

je lui offre des fleurs 

ramener des fleurs chez moi 

crier le plus fort possible 

je ne vais pas me laisser faire 

ironie

l’institutrice de CP a le crâne rasé 

elle porte un enfant dans ses bras 

elle le berce 

je passe elle ne me reconnaît pas 

une lumière magnifique 

sérieux 

Christine Angot 

je suis enlevée et séquestrée 

ma mère envoie des messages à mes contact sur les réseaux sociaux pour parler de choses familiales 

je suis horrifiée 

salle de bains 

toilettes 

Yannicka 

miroir 

son corps est ici mais son esprit se trouve dans une autre pièce

il a d’autres activités 

un chat dans une cuisine 

de grands sacs 

de mauvaises odeurs 

on me demande d’écrire un texte et de le lire 

j’écris un texte dont le titre est chapeau 

c’est de la poésie 

je dis presque n’importe quoi 

quelques passages sont très bien 

des hommes avec des barrettes sur la tête, chassés comme des animaux 

Robbe-Grillet en train de râler 

dehors 

dehors 

tout est insupportable 

je crois reconnaître mon éditeur mais c’est le mari de ma cousine et il est saoul 

une femme me demande si je suis Laura Vazquez, je dis oui 

elle dit vous avez pris un sacré coup c’est la décrépitude 

la sensation de mort 

je suis retenue par des bras 

je me réveille et je suis retenue par les bras d’une autre personne 

son visage cache quelque chose de mauvais une intention terrible cette personne est contre moi 

je m’arrache à ces bras 

je les enlève un par un 

je veux qu’elle meure je ne tiens pas à cette personne je n’ai aucune confiance 

j’essaie d’appeler à l’aide 

je veux dire maman 

ma voix ne sort pas 

je murmure mama 

j’arrive dans la chambre de mes parents 

je dis à ma mère il faut que je dorme avec toi il m’arrive quelque chose d’horrible 

j’ai peur je n’avais pas eu d’angoisses aussi fortes depuis le lycée 

ce rêve se répète deux fois de suite 

je me cache dans l’ombre 

Elsa 

mon petit cousin 

acheter des cartes Pokémon 

en randonnée il nous arrive beaucoup de malheurs 

quelqu’un perd la lèvre à cause d’un choc 

quelqu’un s’ouvre une veine de la main 

on va rentrer 

il y a beaucoup d’ombres 

on croise Kaaris 

on oublie vite nos malheurs 

terroristes islandais 

ils sont racistes 

ils menacent avec une tronçonneuse 

se cacher dans une cabane avec Patato 

je suis en cavale 

je me fais faire des certificats médicaux 

je reste à l’hôtel 

je suis aidée par des professeurs et des vieilles dames 

dans un train à côté d’une comédienne 

je rentre chez mes parents 

il y a du monde je trouve une grande enveloppe ouverte 

à l’intérieur il y a mes certificats médicaux et une lettre de Yannika intitulée Lune d’automne

je la montre à Frédérique 

ça la fait rire 

on me traite comme une enfant 

mon père déplace le corps rigide de ma mère dans les escaliers 

ma mère parle 

ils me suivent 

je leur dis ce n’est pas la peine de me suivre 

je fais croire à Jade que ma mère est ma belle mère 

prière collective sur le parking d’un supermarché 

ma mère me bat 

mon frère me bat 

ils se battent 

tout le monde saigne 

ma mère a perdu des dents 

elle est à genoux ses jambes sont coupées 

on casse nos objets 

de rage je mords mon téléphone j’arrache un morceau 

tout est cassé tout est mort 

mon père arrive et il nous déteste 

rien n’est bien 

tout est détruit 

je vais dans une pièce les vitres sont cassées 

je hurle en direction du ciel des cris très longs dans la gorge  

Simon a les cheveux très longs 

il marche dans les rues dans le vent avec une personne brune 

ils rient beaucoup 

se présenter 

je suis étrange