rêves avril

Il pleut de grosses gouttes sur le parvis d’une église

Roxana et moi vivons dans cette église

Les passants croient que c’est un lieu public

Ils entrent

Je leur dis vous êtes chez quelqu’un sortez

Mon téléphone n’a plus le numéro de Roxana

Sur le mur d’une personne du passé

Je vois qu’elle poste surtout des photos d’elle-même

Guerre

Je suis petite

Oui je sais

Laurent est revenu

Ça fait plaisir

Une fille

Elle ne veut pas me dire quel est son métier

Elle a une grande tête

J’ai un bébé

Aujourd’hui j’ai oublié de m’occuper de mon bébé

Je suis partie toute la journée

Je ne lui ai pas donné à boire

Je rentre en courant je crois qu’il sera mort

Il est vivant

Quelqu’un s’est occupé de lui

Merci

Où que je sois

Où que j’aille

Je vais à la salle de sport accompagnée de deux hommes

Je dis à quelqu’un

Souvent des amis me prêtent leur voiture et je vais me balader

C’est un mensonge

Je ne veux plus parler ni rien je m’enferme à clé dans une chambre

Cimetière

Fleurs

Horloges parlantes

Veni, vidi, vici

J’ai un père très âgé

Il cache son visage sous un visage jeune

Il marche lentement

Un château à 2,1 millions

J’achète

Cette amie a les cheveux blonds

Beaucoup de volume

Un grand brushing

Elle a les racines blanches

Je pense que je pourrais lui dire

Tu sais à qui tu ressembles ? Et elle me dirait : non à qui ?

Et je lui dirais : ne le prends pas mal. Et elle me dirait : d’accord. Et je lui dirais : à Sylvie Vartan.

Mais finalement je ne dis rien

Je retourne au collège

Je suis en retard

Je suis timide

J’écris n’importe quoi

Je sais analyser un texte

Je souligne des trucs

Je fais des exercices d’assouplissement avec William Faulkner

Je deviens super souple

Une grosse femme me fait faire des exercices d’assouplissement dans une salle de sport dans le sable devant un écran

En fait je suis souple

Mais près de son oreille merveille un réveil vermeil lui prodigue des conseils pendant son sommeil

Cette personne du passé me dit je t’associe au mal

Guerre

Sauver Patato

Quelqu’un a corrigé le manuscrit de mon épopée et me dit : dans une même phrase tu dois choisir entre le déterminant les ou des. Tu dois harmoniser les déterminants dans tes phrases.

Cette personne n’a rien compris à mon texte

Je me retrouve à devoir expliquer des choses aussi évidentes !

Je vous prie de rester jusqu’à la fin du samsara et de tourner pour nous la roue du dharma

Il me reste 19 méditations

Henri Lefebvre me lit des extraits d’un roman d’Adèle Van Reeth

Ça se passe en 1500 en Italie

Ça a l’air pénible

Ma nièce Cassandra a écrit un livre publié aux éditions du sous-sol

Étonnant

Patato dans une poubelle

Je la sauve

Elle est dans une boîte à chaussures

Rencontre avec Rebecca en Belgique

Tout se passe mal

Je me fais agresser par plusieurs personnes

Elle ne me calcule pas

Je demande à une petite fille de me dire 5 de ses qualités

Elle dit j’ai tel et tel jouet

Je lui dis ce ne sont pas des qualités

Je lui donne des exemples de qualités

Je lui demande à nouveau de me donner 5 qualités

Elle dit : gentille

Cette petite fille a de très grandes lunettes de soleil

Mon père me téléphone ma mère va très mal

Je bois du faux café froid dans un vase

C’est dégoûtant